Votre langue: French
Votre langue:
Cherchez

Natural Therapies

La phyto-embryo-thérapie

 

 

L’Histoire

 

La PHYTO-EMBRIO-THÉRAPIE, créée en 1959 par le Docteur Pol Henry de Bruxelles, se fonde sur l’utilisation de tissus embryonnaires d’arbres ou arbustes.

L’élément essentiel est représenté par les bourgeons et par d’autres tissus embryonnaires come les jeunes pousses et les radicelles.

L’initiateur de la phyto-embryo-thérapie est sans aucun doute Johan Wolfgang von Goethe avec son œuvre fondatrice "La Métamorphose des plantes", mais déjà Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1178) conseillait les bourgeons de Pomme, Bouleau, Groseiller noir, Chataigner, Frêne, Tilleul…

Pol Henry, apprécié homéopathe belge de la moitié du siècle dernier, a développé la méthode à partir de la base biochimique selon laquelle à chaque bourgeon correspond un équilibre biologique caractéristique. Lorsqu’il trouvait ce profil biologique en un patient, il lui prescrivait le bourgeon.

    

Pourquoi les bourgeons ?

  

La première explication se base sur des données biochimiques.

C’est effectivement dans le bourgeon que l’on trouve la principale réserve de méristèmes végétaux. In vitro, une seule de ces cellules embryonnaires peut reconstituer tout le végétal.

En biologie, le terme cellule indifférenciée ou cellule matrice désigne une cellule pouvant donner par différenciation des cellules spécialisées. Chacune d’entre elles contient une grande quantité d’acides nucléiques (information génétique) et contient des minéraux, oligo-éléments, vitamines, enzymes, facteurs de croissances différents appelés auxines et gibbérellines, hormones disparaissant avec la formation de la chlorophylle.

L’extraction de l’énergie contenue dans les tissus embryonnaires amène les informations génétiques du végétal (vertu embryonnaire du méristème) ainsi que les propriétés des différentes parties di végétal (fruit, feuilles, fleur, tige, écorce, racine, graine, sève,…). 

La deuxième explication est d’ordre énergétique.

Etant donné que le bourgeon se trouve aux extrémités des branches de l’arbre, il est exposé aux influences telluriques et cosmiques.

Le bourgeon et la jeune pousse rencontrent ces deux forces.

La radicelle, au contraire, n’est exposée qu’à la force tellurique.

Cette position de “carrefour” Terre-Ciel est le centre de la compréhension de son action sur l’homme, lui- même trait d’union entre Ciel et Terre.

La troisième explication est symbolique.

La plante, en sa totalité, ne représente qu’un déploiement, une réalisation de ce qui repose virtuellement dans le bourgeon et dans la graine. Bourgeon et graine n’ont besoin que des influences extérieures appropriées pour devenir des plantes parfaites. 

Examinons les différences entre le bourgeon et la graine : la graine se développe sur la terre, elle peut conserver les informations longtemps en mémoire (principe de la vie éternelle).

Le bourgeon représente un individu végétal de race supérieure, ou encore, un cycle entier de formation végétale. Grâce à chaque bourgeon qui se forme, la plante fait face, en quelque sorte, à un nouveau stade de la vie, elle se régénère, concentre ses forces pour les déployer à nouveau.

La formation du bourgeon est en même temps une interruption de la croissance : la vie de la plante peut se concentrer et se mettre au repos dans le bourgeon lorsque les conditions de la vie réelle manquent, pour se déployer à nouveau lorsqu’elles réapparaissent. L’interruption de la croissance d’hiver se fonde sur ce principe, et la renaissance du printemps est, de quelque façon, une nouvelle vie végétale.